Les passerelles

Vous êtes dans : Accueil > Les passerelles > Un partenariat Public / Privé > Un partenariat original

Un partenariat original

Le site des Papeteries n'appartient pas à la ville mais à la société Cran20051 qui l'a acheté en 2005 quand l'usine fonctionnait encore. Passer d'une zone industrielle à un projet d'éco-quartier comportant logements, espaces verts et activités, a nécessité de modifier le classement du site dans le nouveau Plan Local d'Urbanisme (PLU). Le projet a également fait l'objet d'un "projet urbain partenarial" (PUP) original.

La ville a rapidement annoncé à la sarl Cran2005, propriétaire du site, sa volonté de voir sauvegarder les "Halls des machines", pour réhabiliter ce patrimoine industriel et y accueillir notamment les entreprises de l’Image en mouvement. Cran2005 ne souhaitant pas réaliser cette opération, le principe d’une vente des Halls à la ville a été retenu. De même que l’objectif de créer 30 % de logements sociaux.

La ville a « pris la main »
Pour mieux maîtriser l’avenir du site, la ville a aussi choisi de « prendre la main », tout en associant le propriétaire à la réflexion engagée. Elle s’est dotée de l’aide de la SED (société d'équipement de la Haute-Savoie), une société d’économie mixte, pour concevoir un projet d’éco-quartier et mener les échanges avec le promoteur. C’est donc via la SED qu’elle a choisi et missionné une équipe d’urbanistes-architectes (cabinet Aktis, Grenoble) et d'autres professionnels (paysagistes...) pour travailler à un projet répondant à sa « feuille de route » : un programme de logements, un maximum d’espaces verts - dont la poursuite de la promenade du Thiou - et la réhabilitation des Halls pour recréer plus d’emplois que ceux perdus lors de la fermeture de l’usine.

Un partage des coûts
Equilibré, le projet d’éco-quartier conçu par l’équipe Aktis a été validé par la ville et par Cran2005. Il a ensuite été confié à une équipe de maîtrise d’oeuvre, chargée de définir précisément les aménagements du quartier (espaces verts, chemins, passerelles…) et leurs coûts. La négociation avec le promoteur n'a donc pas porté sur le projet lui-même mais sur la répartition, dans le cadre d’un « projet urbain partenarial » (PUP), des coûts des aménagements du quartier, évalués à environ 7 millions d’euros. Ce cadre réglementaire, créé par la loi, prévoit que le promoteur finance « le coût de tous les équipements publics à réaliser pour répondre aux besoins des futurs habitants ou usagers » du quartier (exemples : réseaux techniques et voiries, espaces verts, carrefours, etc.). La commune, elle, prendra seulement à sa charge les « surdimensionnements d’équipements au profit d’autres objectifs que l’aménagement du quartier », comme par exemple la promenade du Thiou, ou la grande passerelle qui profiteront à tous. Au total, le « PUP », créé par la loi en 2009, se révèle être un bon outil pour la ville : il permet de maîriser l’avenir du site, sans en être propriétaire.
Haute-Savoie Habitat dans le capital de la société Cran2005
L'éco-quartier comportera 30 % de logements sociaux. Aussi les dirigeants de Cran2005 ont-ils proposé à Haute-Savoie Habitat d'entrer dans le capital de la société. Ce bailleur social fait donc partie de la société propriétaire du site depuis juillet 2011.

Le plan local d'urbanisme a été arrêté par le conseil municipal en juin 2011 et le PUP signé en juillet. Cran 2005 et la ville ont signé une promesse de vente des Halls des machines en juillet 2011.

1Cran2005 associe les sociétés PRIAMS et CASASOLA et le bailleur social Haute-Savoie Habitat.

eZ Publish - © Inovagora